Anne Bronner, carnettiste

Anne Bronner : contempler avant de « croquer »

Dès l’âge de 9 ans, Anne Bronner commence à illustrer ses cahiers de poésie sous le regard bienveillant de sa maîtresse de CE2. Ainsi encouragée, elle participe à des concours de dessins régionaux. Elle remporte plusieurs prix, dont une somme de cent cinquante francs ! « J’ai gagné de l’argent avec mes dessins, et je pense qu’inconsciemment, c’est là qu’est née ma vocation. »

Puis un cursus à la mesure de ses rêves : Arts décoratifs de Strasbourg, licence d’arts plastiques dans le but d’enseigner. C’est la « fréquentation » de David Hockney qui la conforte dans la tenue de « carnets de vie ».

Anne Bronner fait partie de ces femmes qui ne veulent rien sacrifier en conjuguant famille, passion et voyages. Munie de son sac en bandoulière, d’un bonnet chaud ou d’une casquette (selon sa destination), elle saute d’un continent à l’autre pour « mieux rendre compte », avec ses crayons et ses pinceaux. Ce qui ne l’empêche pas de porter la même attention à des petits morceaux de campagne de l’hexagone…

Share Button